Fonction Visuelle

La fonction visuelle : ses problèmes et ses solutions


 

L’anatomie des Yeux

Commençons par une description rapide de l’anatomie des yeux. Ils ont un diamètre d’environ 2,5 cm et sont remplis de liquides.

Ils disposent d’un cristallin positionné verticalement dans leur partie antérieure.

Oeil

Oeil

Le cristallin est plus ou moins bombé ou aplati selon que les muscles qui l’enserrent se contractent ou bien se relâchent.

Dans la partie antérieure du cristallin se trouve l’iris, partie colorée avec un trou noir central qui s’appelle la pupille.

C’est à ce niveau que l’on observe une chambre dite antérieure contenant un liquide (= l’humeur aqueuse) qui circule grâce à des canaux dédiés permettant leur arrivée et leur évacuation.

Derrière le cristallin, on trouve une autre chambre d’un volume plus important qui contient un liquide visqueux que l’on appelle le corps vitré.

La paroi de cette chambre postérieure au cristallin est tapissée de cellules nerveuses qui constituent la rétine. Les filaments nerveux adossés à ces cellules se rassemblent pour constituer le nerf optique.


Liaison des Yeux et des Hemispheres du Cerveau

Liaison des Yeux et des Hemispheres du Cerveau

Les 2 nerfs optiques se rassemblent ensuite en une zone appelée le chiasma optique puis se séparent pour rejoindre le cerveau visuel à l’arrière de la tête, à la base du crâne.

Il s’agit notamment du cortex visuel primaire.

 

 
Le bon fonctionnement des photorécepteurs rétiniens est conditionné par :

  • leur adossement à un tapis nourricier que l’on appelle la Choroïde. Il s’agit d’une couche richement vascularisée qui assure leur parfaite nutrition,
  • la pression intraoculaire générée par la chambre antérieure décrite ci-dessus.

La tension intraoculaire observée chez certaines personnes correspond en fait à une pression intraoculaire excessive.

Celle-ci est le résultat d’une mauvaise évacuation du liquide de la chambre antérieure.

Lors que cette pression devient trop importante, les photorécepteurs rétiniens ne fonctionnent plus correctement car ils sont pour ainsi dire comprimés.

La conséquence est que le champ visuel est rétréci.

C’est notamment ce qui se passe dans le cas d’un GLAUCOME.

Les yeux sont maintenus dans les cavités osseuses (les Orbites) par 6 muscles : 4 muscles droits et 2 muscles obliques.

Les muscles droits permettent de baisser ou lever les yeux mais également les mouvements latéraux vers la gauche et vers la droite.

La combinaison de fonctionnement de tous ces muscles nous permet d’orienter les yeux dans toutes les directions et jouent un rôle primordial pour leur mobilité.

Ils ont également une autre fonction puisqu’ils permettent d’accommoder à différentes distances de vision : convergence pour voir net de près et divergence jusqu’à atteindre un positionnement parallèle pour voir tout au loin.



 

Les troubles visuels et les solutions pour les corriger

L’ophtalmologie telle qu’elle est enseignée en école de médecine prévoit qu’à des distances de 5-10 mètres jusqu’à l’infini, les yeux sont naturellement au repos et qu’aucune accommodation n’est nécessaire.

A contrario, lorsque nous regardons plus près, les muscles qui enserrent le cristallin vont se contracter pour le bomber, ce qui conduit à accommoder.

Chez une personne qui est myope et par simplification, l’œil aura une forme de ballon de rugby, c’est-à-dire trop grand d’avant en arrière par rapport à un œil dit emmétrope (dont la vision est normale).

Chez une personne qui est hypermétrope et toujours par simplification, l’œil sera plutôt aplati et aura un peu la forme d’une citrouille posée verticalement.

Dans ce cas, il sera trop petit d’avant en arrière par rapport à un œil emmétrope. L’hypermétropie arrive généralement à l’enfance ou l’adolescence.

Chez les personnes astigmates, la vision est difficile de près comme au loin. Elles peuvent voir de façon déformée voire dédoublée à cause de la forme particulière de leur cornée qui est comme traversée par un sillon.

Les personnes presbytes ont la même gêne visuelle que les personnes hypermétropes : difficulté à voir de près.

Elles ont également en plus au fil des années (en général autour de 40-50 ans) une difficulté supplémentaire à bien voir de loin.

L’ophtalmologie traditionnelle ainsi que les opticiens proposent des solutions optiques sous la forme de lunettes mais également de lentilles afin de corriger ce qui est, selon eux le résultat de l’hérédité ou du vieillissement.



 

Le Docteur William BATES

Docteur-William-Bates

Docteur-William-Bates

Grâce aux recherches qu’il entreprend dès 1886, le Dr William BATES, ophtalmologiste New-yorkais découvre que les muscles décrits précédemment ont une puissance très largement supérieure (X100) à celle requise pour assurer les 2 seules fonctions de mobilité des yeux et d’accommodation.

Il émet alors l’hypothèse que ces muscles pouvaient, par contraction ou relâchement, changer la forme des globes oculaires et ainsi permettre en complément du rôle du cristallin d’accommoder et de voir correctement à toutes les distances.

Docteur Bates Ausculte une Femme

Docteur Bates Ausculte une Femme

Le Dr BATES considère ainsi que les 2 muscles obliques qui enserrent chaque œil se contractent également, ce qui conduit à un accroissement du diamètre antéro-postérieur de l’œil.

Ces contractions sont d’autant plus importantes que nous regardons très près.

Il émet également l’hypothèse qu’au-delà de 10 mètres, même si les muscles du cristallin sont au repos (cristallin plat), les muscles droits se contractent pour aplatir d’une certaine façon les globes oculaires.

Cela se traduit par une réduction du diamètre antéro-postérieur.

Cette contraction des muscles droits serait d’autant plus importante que nous regardons loin.

Si au moins un de ces muscles droits ou obliques ne fonctionne pas correctement, nous comprenons aisément que l’accommodation sera plus difficile.



 

Remise en cause de la pensée contemporaine

Contrairement au courant de pensée traditionnel, le Dr BATES rejette l’hypothèse selon laquelle les problèmes visuels seraient héréditaires.

Au contraire, il considère que les problèmes d’accommodation sont le résultat de tensions musculaires constantes, excessives ou irrégulières (cas de l’astigmatie) et que la fonction de relâchement de ces muscles (droits ou obliques selon les cas) n’est plus durablement efficace.

Ayant passé plusieurs années en Inde où le Yoga des yeux est une pratique ancestrale, il met au point une méthode naturelle de rééducation oculaire avec un protocole d’exercices spécifiques permettant de s’affranchir progressivement des lunettes ou lentilles dans la plupart des cas.

Il s’agit de la fameuse Méthode BATES, forme de gymnastique oculaire en état de détente qu’il proposa à ses patients volontaires et dont il put constater de façon pragmatique l’étendue des bénéfices.

Le Dr BATES était bel et bien un précurseur car il avait, à son époque et sans moyens modernes d’imagerie, conclut que les yeux contribuent seulement pour 20% à la fonction visuelle ; les 80% étant réalisés par le Cerveau.

Il est important de souligner que l’essentiel dans cette méthode n’est pas la gymnastique oculaire (mobilité, accommodation, convergence) mais plutôt le degré de détente oculaire. Le Palming en est un exemple. Voir le Palming



 

Remerciement

Nous tenons à remercier Danielle CESBRON, psychologue (www.art-de-voir.com) qui est à l’initiative de ce travail de vulgarisation.

Elle assure la diffusion de la méthode BATES en France depuis plus de trente ans et propose régulièrement des stages afin que chacun puisse retrouver une bonne vision de façon naturelle.

Après ces très nombreuses années de pratique, elle a par ailleurs découvert des corrélations très étroites entre les façons de voir physiquement (cf. vision ci-dessus) et les façons de voir la vie (en lien avec la psychologie).

Ses conclusions sont très intéressantes : les modifications dans notre façon de voir la vie en pleine conscience peuvent impacter significativement et très favorablement nos aptitudes visuelles, quels que soient les troubles visuels initiaux (diplopie, myopie, hypermétropie, presbytie, nystagmus, cataracte, glaucome…).


Abonnez vous à notre Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles.

You have Successfully Subscribed!