[wpseo_breadcrumb]

Etude: Les enfants diagnostiqués avec le TDAH

Les enfants ont un chevauchement génétique plus élevé avec les troubles du spectre autistique, tandis que les adultes diagnostiqués avec le TDAH ont un chevauchement génétique plus élevé avec la dépression.

 

Au Danemark, 5 % de tous les écoliers présentent des symptômes de TDAH.

Source: Aarhus University [1]
 
Pour les adultes, il est d’environ 3 %.
 

TDAH est un trouble du développement neurologique qui se manifeste pendant l’enfance.

Article basé sur l’article de Neuroscience [2]
Les deux tiers des enfants chez qui le TDAH a été diagnostiqué continuent d’en souffrir à l’âge adulte.
 
Dans d’autres cas, le TDAH n’est pas diagnostiqué avant l’âge adulte.
 
Des chercheurs du projet national de psychiatrie iPSYCH ont étudié les différences génétiques entre les personnes diagnostiquées pendant l’enfance et celles diagnostiquées à l’âge adulte.
 

“Nous avons découvert que l’architecture génétique diffère selon l’âge auquel le diagnostic de TDAH est posé”

explique le professeur associé Ditte Demontis, à l’origine de l’étude.
 

Les adultes sont moins hyperactifs

Environ 74 % du risque d’être diagnostiqué avec un TDAH est dû à la génétique.
 
La génétique à l’origine du TDAH est “polygénique”, ce qui signifie que le TDAH est causé par plusieurs variantes génétiques dans le génome, dont chacune contribue légèrement au risque de développer la maladie.
 
L’architecture génétique est le terme général pour toutes les variantes du génome qui contribuent au TDAH.
 

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé l’architecture génétique des personnes diagnostiquées avec un TDAH dans l’enfance et des personnes diagnostiquées avec un TDAH à l’âge adulte.
 

En comparant ces résultats avec ceux d’autres études génétiques à grande échelle sur l’autisme et la dépression, les chercheurs ont découvert que l’architecture génétique des enfants diagnostiqués avec un TDAH se recoupe avec l’autisme de façon beaucoup plus importante que l’architecture génétique des personnes diagnostiquées à l’âge adulte.
 
En revanche, pour les personnes diagnostiquées avec un TDAH à l’âge adulte, l’architecture génétique se chevauche avec la génétique de la dépression à un degré beaucoup plus élevé que pour les personnes diagnostiquées à l’enfance. Cela signifie que les personnes diagnostiquées avec un TDAH à l’âge adulte ont un risque accru de dépression dû en partie à des facteurs de risque génétiques.
 

Les chercheurs ont également constaté que l’architecture génétique des personnes ayant reçu un diagnostic de TDAH à l’âge adulte présentait une charge plus faible de variantes génétiques impliquées dans les problèmes d’hyperactivité et d’inattention que les personnes ayant reçu un diagnostic de TDAH pendant l’enfance.
 
“En d’autres termes, les personnes chez qui le TDAH a été diagnostiqué à l’âge adulte sont généralement moins prédisposées génétiquement à être hyperactives et inattentives. Ce résultat peut aider à expliquer pourquoi le moment du diagnostic est survenu plus tard dans la vie pour ce groupe particulier de personnes atteintes du TDAH”, explique Ditte Demontis.
 
Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent qu’il existe des différences dans l’architecture génétique sous-jacente du TDAH en fonction du moment où le diagnostic est posé. Les résultats de l’étude fournissent de nouvelles informations sur les maladies que vous avez un risque génétique accru de développer en fonction du moment de la vie où vous recevez votre diagnostic de TDAH.
 

Liens Externes
  1. Aarhus University
  2. neurosciencenews.com
Call Now Button